La sagaie

Une sagaie dans le dos, je suis mort, face
contre terre, au fond d’un ravin, entre deux falaises
où , dans une bande d’azur spiralent des vautours.

Pour une abstraction appelée pays, je suis mort
comme beaucoup d’autres; et pourtant nous ne voulions que
servir nos dieux, leur donner, nous donner un sens à la vie,
mais nous ne nous donnâmes qu’une absurdité de plus ;
une fausse absurdité.

Et les vautours tournent au-dessus des morts, et
des vivants, comme des anges affamés de vie.
Sans l’absurdité de vivre, les vivants sont morts, aussi
plus que nous, mais sans sagaie …

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s