Le Pouvoir esthétique

                               Adieu, mésanges
                               Des crânes éclatés
                               Échappent à l’angoisse
                               Sur l’humeur des mensonges.
                               Et au ras des poubelles
                               Les lucioles écarlates
                               Exténuent les manivelles
                               Des boulevards rongés
                               Par l’armure de oxydes.
                                                                                  L’oliphant burlesque
                                                                                  Des sentiments agacés
                                                                                  Glapit dans le clapier
                                                                                  Du lièvre omnivore,
                                                                                  Secoué par l’ivresse
                                                                                  Des sénilités, aux gares
                                                                                  Des boyaux aéroportés,
                                                                                  Subtil attachement,
                                                                                  De mes larmes étanchées
                                                                                  Par l’oubli violet;
                               Profondeur réversible,
                                                                                  Des parapluies translucides.

Paroles énucléées
Transies par le mimosa.

                                                                                  Végétal sevré par les polymères.
                               Langoustines culinaires,
                               Comme des parjures injurieux,
                               Dans la glace d’araignée.
                               Des cordons optiques,
                               Microscopes, minimisent
                               Les grandeurs dépareillées
                               Des structures analogiques.

Et le sourire neuronal
Excuse la préciosité de ses fuites
                                                                                  Statiques.
                                                                                  La métamorphose,
                                                                                  Des couleurs, pleure
                               L’atemporalité du
                               Présent, du beau présent.
                                                                                  Cloué par la situation,
                                                                                  Le fait s’ensile,

Démaquillé mais masqué,

                                                                                  Au sceau des pluriels.
                               Des océans ignifuges
                               Et mal bues
                               Sont dégurgités
                               Par des huîtres
                               Héroïques et éphémères
                               Sur des gélatines
                               Consciencieuses et soldées;
                               Lupanars macabres,
                               De stériles plagiats,
                               Qui empoussièrent
                               L’eau claire et dure
                               Des bucoliques anesthésies.
                                                                                  Les réas aux urnes
                                                                                  Comme des queues de python
                                                                                  Empoisonnées.
Toute la création
Sur la terre
Pour l’oeil
Du cyclope nain;
Politicien
Milicien
Statisticien.
                                                                                  Le couperet dimensionnel
                                                                                  Sert de conscience
                                                                                 Aux lymphatiques ensphèrés.

Toutes les merveilles
                                                                                              Dans la tranche qui s’oublie
                                                                                              Métonymiquement.

                               L’aile de la vie
                               Décapite
La législature morte
Sur les bancs du gouvernement
                               Comme des photons virtuels.
                                                                                  Avec le rire érectile de l’intrus.

Spirales exilées

                                                                                  Les aèdes traînent la patte
                                                                                  Démocratique du silence
Dans la fatuité
Journal hier.
                               Les propagandistes
                               Ont manqués
                               Le bateau de l’absurdité
Et monnayent
La raison, la folie et la farce
Dans la liberté océanique
Du dégoût.
                                                                                  Les chaînes sont tombées
                                                                                  De leurs pièges
                                                                                  À hermaphrodites.
                                                                                  De qui se sémantiquent
                                                                                  Les noeuds géorgiens
                                                                                  De la biosphère
                                                                                  Théâtralisée?

                               L’onde imagée et mentale
                               Est le silence
                               Du réceptacle
                               Vital.

Volutes tempérées.

                               Le chercheur d’ivresse
                               A laissé rebondir
                               Le temps principal
                               Sur l’ossature
                               De ses rêves
                               De chercheur ivre.
                               Les mésanges avaient trouvé,
                               Dans leur reptilienne
                               Inconscience collective,
                               Le pépiement Mœbius
                               De la lucidité
                               Des primates royaux.
                                                                                  La trame du cocon
                                                                                  Stérilise
                                                                                  Le scintillement polaire.
                               Des bornes de velours
                               Tournent sur leurs gonds
                               Et amnistient
                               La condition
                               Des quarks incolores
                                                                                  La tige rompue
                                                                                  De l’amnésie
Sertie.

Le fiel des macchabées
Enrobé de lunes.

                                                                                  Pourparlers d’osmoses
                                                                                  Sur l’igloo glauque
                                                                                  Du midi zénithal,
                               Fouillent l’ozone
                               De ma psyché.
                               Les rues de marbre
                               Bleu et noir
                               Sont des noctambules,
                               Et bougent
                               Comme des hiboux
                               À la lueur des éphémérides.
                               J’aspire la substance
                               Des formes lumineuses
                                                                                  Et immatérielles.
                               Je suis inassouvi
                               Par l’énergie moléculaire
                                                                                  Qui palpe l’être
                                                                                  De songes écarlates.
                               Mésanges qui égarez
                               Le déroulement
                               Du temps,
                               Qui confondez
                               Le chercheur qui s’enivre
                               De lui-même;
                               Vous volez
                               Dans le corridor
                               Télescopique
                               D’un labyrinthe
                               Langoureux et
                                                                                  Extatique.
                               L’univers monotone
                                                                                  De ce lieu
                               Résonne de vos envols,
                               Qui le pourfendent,
                               Immuablement
                               Homogène.
                                                                                  À mémoire monochrome.
                               Mésanges, égarées
                               De similitudes,
                               Vous mentez
                               Aux mensonges
                               Des départs
                               Et vos réponses
                               Phantasmatiques
                               Hantent la vérité
Tels d’authentiques
Événements
                                                                                  Aux charmes oniriques.
Des coraux de vie
S’agglutinent
Dans de têtes
Mal vidées,
Et la race
Survit
De couleurs nymphes
Et de matières avortées.
                               Sortirez-vous
                               De nos myopes histoires,
                               De nos quotidiens écimés,
                               De nos savoirs
Encadrés?
                                                                                  Des papillotements
                                                                                  Irascibles
                                                                                  Cultivent
                                                                                  L’iguane macramé
                                                                                  Sur le col
                                                                                  Des aveux.
                               Le ralenti
                               Facilite
                               Vos émois
                               De roses
                               Avariées
                                                                                  Comme des fleurs
                                                                                  De papyrus
                                                                                  Qui ruissellent
                                                                                  Sur le long
                                                                                  es Âges.
                               Vous méprenez
                               Les hangars
                               De porcelaine
                               Pour des aubes
                               Électrogènes;
                               L’ivresse
                               Vous écartèle
                               Délicatement;
                               Les couloirs
                               Panneautés de gris
                               Se dématérialisent
                               Avec votre absence.
                               Les éclairs d’étoiles
                               Égratignent
                               Savamment
                               La résonance
                               De vos battements
                                                                                  Fugitifs.
                                                                                  Des équations
                                                                                  Se souviennent
                                                                                  De l’éphémère
                                                                                  Enraciné,
                                                                                  Qui basculait
                                                                                  La beauté
                                                                                  Dans le relatif
                               Et l’erreur
                               Du catégorique.
                               Que la beauté

Convulsive et fermée,

                               Loin de toutes
                               Idées de pays
                                                                                  Qui sont
                                                                                  L’ombre de vos ailes,
Loin de tout
Mysticisme
Et de toutes
Religions
                               Qui sont
                               Les vents
                               De vos élans
                               Ridicules et
Sans absurdité
                               Dans les canaux
                               Labyrinthiques
De votre mésintelligence
Et de votre imagination
                               Qui s’assujettissent
                               Et s’aliènent
Réciproquement.
                               Vous exhortez
                               Aux passions sanitaires
                               Aseptisées
                               Et monétaires,
                               Comme pour camoufler
                               Vos émois stériles
                               Qui piègent le génie,
                               Qui vous manque
Dans celui des autres.
                               Mais le silence
Asphyxie
                               Jusqu’au souvenir
                               De votre agonie.

Rhomboèdres cristallins.

                                                                                  Des chevelures dénouées
                                                                                  Agitent
                               Les nuages
                               Scoriacés
                               Des lampadaires
                               Du désespoir.
                               L’ouragan
                               Des lunes épisodiques
                               Balaie nonchalamment
                               Le fond du ciel
                                                                                  Décrochant
                                                                                  Les calmars, les oursins

Et les étoiles de mer,

                                                                                  Qui tombent dans la mer;
                               Par un soir
                               D’automne emballé.
                                                                                  Le silence
                                                                                  Pour cicatriser
                               Le fond du ciel
                                                                                  Mauve, échevelé.

Mémoire
Patinée
De miroirs.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s