L’arc-en-ciel de neige.

Jaspé le gneiss que laboure l’hélianthe
Pour un mauve rhomboèdre bien s’y cachant.
Sur la lunule ambrée, une gamme d’adiante
Bat le champagne au gré des osts s’effarouchant
Tel le gorfou, en un simoun, braille, létal.
Le méthylé darde dru l’amiante sterne,
Mais, phénise l’argon au bois horizontal.
Spumosité épimaque rabiboche
Tarmacadam, la violette baliverne,
Au mont tubuliflore, l’ocelle caboche.
Prompt un tarpan squatina en stellaire étame
La tarlatane d’une raie ocre qui s’arque,
Bambou de photons doux, au mur de cristal dictame.
À la dureté, sec, du songe alambiqué
L’irisé s’estompe spasmodique, hérésiarque.
Sporanges crevés lourds au vent sophistiqué.

Sur son tilleul de nacre, la mussitation
Du poète scintille, sommeil énergique
Des flocons suaves au cœur de papyrus.
Débordé le crépuscule festin, bastion
De froideur brûlante au souffle chirurgique,
Sur la lenteur anachronique des cirrus.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s